Ce site a deux objectifs :

1) aide au diagnostic médical pour les médecins et les malades

Permet de rechercher une éventuelle solution pour des problèmes médicaux difficiles et non résolus de l’adulte, en associant un outil informatique performant «Le Sémiologiste» dont toutes les données sont référencées et son médecin concepteur pour analyser la pertinence des hypothèses proposées après saisie de signes et/ou des examens complémentaires.

A l’usage des médecins ou des malades, mais ces derniers ne pourront recevoir une possible piste diagnostique que par l’intermédiaire et avec l’accord d'un médecin qu‘ils auront choisi..

2) faire connaître "Le Sémiologiste" aux médecins et dialoguer avec ses utilisateurs

 

Interroger par Email :

- Pour des renseignements sur le logiciel "le Sémiologiste" (non trouvées sur son site spécifique)
*formulaire précisions

- Pour poser un problème diagnostique :

Médecin non utilisateur du Sémiologiste.
*formulaire cas réel
ou
*formulaire cas fictif

Médecin utilisateur du Sémiologiste
*formulaire cas réel ou fictif

Malade
*formulaire cas réel

- Mises en garde

- Limites de la méthode

- Quelles pathologies peuvent en bénéficier

- Quelles pathologies ne peuvent pas en bénéficier

- Modalités d’interrogation pour les médecins utilisateurs du Sémiologiste

- Modalités d’interrogation pour les médecins

- Modalités d’interrogation pour les malades

- Pourquoi certains diagnostics sont difficiles

- Témoigner

- Collaborer

 

-Mises en garde

D’une manière générale IL NE SERA PAS REPONDU AUX CAS COMPORTANT SOIT UN SEUL SIGNE, SOIT UN DEBUT RECENT (MOINS DE 10 JOURS), ET CEUX N’AYANT PAS BENEFICIE DE DEUX CONSULTATIONS MEDICALES.

LES ORIENTATIONS DIAGNOSTIQUES TROUVEES SERONT TOUJOURS DES PROPOSITIONS ET N’AURONT D’AUCUNE MANIERE VALEUR DE DIAGNOSTIC DE CERTITUDE. ELLES NE SERONT JAMAIS DONNEES DIRECTEMENT AU MALADE MAIS ENVOYEES AU MEDECIN QUE LE PATIENT AURA CHOISI ET QUI AURA ACCEPTE EN UTILISANT LE formlaire spécifique d'accord.

CE N’EST QU’APRES SON ANALYSE DES PROPOSITIONS, REEXAMEN ORIENTE DU MALADE AVEC RECHERCHE DE NOUVEAUX SIGNES OU EXAMENS COMPLEMENTAIRES QU’IL POURRA EVENTUELLEMENT INFIRMER OU CONFIRMER LE DIAGNOSTIC.
- Dans le cas fréquent où aucun diagnostic n‘est trouvé, le malade en sera averti directement.
- Les cas traités ne pourront être des problèmes aigus comme un essoufflement, une douleur violente sur la poitrine ou une douleur abdominale aiguë.
- Aucun cas de pédiatrie ne doit être soumis car seuls les problèmes médicaux de l’adulte peuvent être traités.

- Limites de la méthode

- Pour un malade, la probabilité de trouver le bon diagnostic d’un cas difficile ayant donné lieu à de nombreuses consultations, spécialisées ou non, examens complémentaires et éventuelles hospitalisations est faible. Les malades doivent le savoir pour ne pas être trop déçus par une réponse qui leur sera fréquemment donnée : « aucun diagnostic à proposer ».

- Pour un médecin la probabilité de trouver le bon diagnostic d’un cas difficile sera supérieure car il proposera un cas dont il aura bien analysé les signes fonctionnels, ceux tirés de son examen et les anomalies des bilans complémentaires qu'elles soient biologiques ou radiologiques ou autres. Néanmoins elle sera inférieure à celle qu’il obtiendrait en utilisant directement l’outil d’aide à la décision (système expert) qu’est « Le Sémiologiste» surtout en raison des demandes de réexamen faites par ce programme en fonction des diagnostics proposés ; par ailleurs il aurait la possibilité, pendant une consultation, de visualiser toutes les étiologies d'un signe (clinique, biologique, radiologique ...) lui posant un problème ou de connaître, classés par fréquence, tous les signes et examens complémentaires perturbés d'une maladie.

- Quelles pathologies peuvent en bénéficier

Toutes les maladies générales comportant plusieurs symptômes et/ou plusieurs examens complémentaires perturbés : médecine interne, infectiologie, rhumatologie, pneumologie, gastro-entérologie, hépatologie, hématologie, neurologie, cardiologie, endocrinologie, néphrologie, médecine tropicale …

Les éventuels diagnostics trouvés seront d’autant plus fiables que le nombre de symptômes et/ou d’examens complémentaires perturbés sera élevé.

L’aide portera surtout sur le diagnostic des maladies rares ou exceptionnelles et des maladies fréquentes ayant une expression clinique et/ou biologique atypique.

- Quelles pathologies ne peuvent pas en bénéficier

La pédiatrie

La psychiatrie, la dermatologie, l’ORL, l’ophtalmologie, la gynécologie, mais certains de leurs signes peuvent être pris en compte s’ils sont associés avec d’autres symptômes et/ou examens complémentaires pour déboucher sur une affection organique.

- Modalités d’interrogation pour les médecins utilisateurs du Sémiologiste

Utiliser le modèle spécifique permettant d’y coller les résultats de la recherche faite avec le logiciel (observation) et de donner vos commentaires, en utilisant le : formulaire cas réel ou fictif

ATTENTION : les interrogations de ce site sont illimitées pour les utilisateurs du  Sémiologiste  à jour de leur abonnement aux mises à jour mensuelles, limitées à deux pour ceux qui n'ont pas renouvelé leur abonnement. Elles servent à comparer éventuellement la méthode de saisie et de recherche de l’utilisateur avec celle du concepteur, pour améliorer l‘utilisation du logiciel ; éventuellement, elles serviront à apporter des modifications à ce programme ou compléter sa base de connaissance.

- Modalités d’interrogation pour les médecins non utilisateurs du SémiologisteUtiliser le modèle spécifique de formulaire en remplissant au moins toutes les cases comportant *.

Donner le plus de renseignements possibles tant sur le mode de début, les signes fonctionnels ou cliniques, les résultats d’examens complémentaires perturbés, en spécifiant éventuellement leurs intensités.Pour les cas simulés ne proposer que des signes ou examens complémentaires nettement pathologiques.

formulaire cas réelformulaire cas fictif pour tester le sémiologiste en ligne

ATTENTION : les interrogations de ce site sont limitées à deux par médecin non possesseurs du logiciel ce qui semble suffisant pour montrer la fiabilité du programme qu’ils pourront alors acquérir et utiliser, non seulement pour des cas cliniques difficiles, mais en pratique quotidienne pour des signes ou des examens complémentaires pendant la consultation, par exemples : étiologies des paralysies faciales ou des anémies macrocytaires et conduites à tenir devant un ptôsis ou une thrombopénie au 3ième trimestre de grossesse.

- Modalités d’interrogation pour les malades

Cette possibilité s'adresse uniquement aux malades qui ont consulté un ou plusieurs médecins, ou qui ont subi une ou plusieurs hospitalisations et dont le diagnostic n'a pas été trouvé. Utiliser le modèle spécifique du formulaire en remplissant au moins toutes les cases comportant *.*formulaire cas réel

Il sera répondu à toute demande. Si une éventuelle piste diagnostique est trouvée, ils ne pourront en prendre connaissance que par l’intermédiaire d'un médecin qu‘ils auront choisi et qui aura accepté en utilisant un formlaire spécifique d'accord. Ne pas interroger avec un seul signe, qu’il soit local (mal au genou, grosseur sur la langue, boutons sur le bras etc …), ou général (fatigue ou manque d’appétit ou fièvre ou dépression etc…) car aucune conclusion ne pourrait être tirée. Par exemple pour fatigue (asthénie) le logiciel donne 320 maladies pouvant être en cause !Si vous avez un problème de peau, donnez le diagnostic de votre généraliste ou dermatologue par exemple pour une « rougeur » : érythème ou urticaire ou autre.. .Des précisions sur tel ou tel symptôme ou examen complémentaire pourront éventuellement vous être demandées.

- Pourquoi certains diagnostics sont-ils difficiles

Bien que la Médecine française soit une des meilleures au monde, un petit nombre de malades est à la recherche d’un diagnostic : maladies rares ou d’expression atypique, maladies orphelines entraînant un nomadisme médical ayant la plupart du temps comme conséquence une pléthore d’examens complémentaires. Le diagnostic médical n’est pas toujours facile et les échecs ont parfois leur raisons."Le diagnostic est l'identification d'une maladie par ses symptômes" (Dictionnaire Larousse). Ceux-ci ayant été analysés par l'interrogatoire et l'examen clinique, il ne reste plus au médecin qu'à puiser dans ses connaissances pour trouver la maladie en cause. Mais il existe des difficultés au diagnostic médical qui peuvent être liées aux praticiens ou à l’expression atypique d’une maladie.
a) Pour les médecins : les possibilités de mémorisation sont inégales, les connaissances variables en fonction de l'ancienneté des études et d'un éventuel enseignement post-universitaire suivi. L'expérience, presque toujours favorable, peut entraîner une fausse certitude de déjà vu avec moins de rigueur dans l'interrogatoire ou l'examen. Tel médecin peut avoir ponctuellement fatigue ou souci diminuant ses capacités de concentration.
Le cerveau humain ne serait pas fait pour garder un trop grand nombre de données, présentes à l'esprit en même temps ; ce qui rend très difficile l'approche tenant compte de tous les signes présents (Théorie de la rationalité limitée de Hewel et Simon 1972.).
De nombreuses études sur le raisonnement médical montrent que, généralement, le médecin élabore un petit nombre d'hypothèses (quatre à six), très tôt en phase d'examen, sur un faible nombre de signes caractéristiques (un à deux), avec un bon degré de fiabilité. Towward the simulation of clinical cognition, de Pauker, Gorry, Kassierer, Schwartz, American Journal of Medecine 1976).
Ce qui arrive aussi parfois, c'est que le cerveau engagé dans une direction, bloque, par un phénomène d'induction négative, les autres voies: le diagnostic positif erroné exclut le diagnostic différentiel qui paraît inutile ; cela peut même entraîner une hypothèse diagnostique élaborée avant la fin de l'examen, qui n'est plus systématique, mais orienté par la première "impression" ou "intuition".(Dr I. Rosner, Le Généraliste n°1163)
b) Pour les maladies : leur expression peut-être trompeuse. Un signe peut bloquer la bonne voie diagnostique :
-lorsqu'il possède une forte sensibilité dans l'affection et qu'il est absent (ex: vitesse de sédimentation normale et maladie de Horton;
-ou au contraire lorsqu'il est présent alors qu'il est exceptionnel dans la maladie (ex: leucopénie et maladie de Still de l'adulte).

- Témoigner L’utilisation de cette aide est GRATUITE. Si vous estimez qu’elle vous a rendu service, vous pouvez, si tel est votre souhait :

- Pour les médecins et les malades : nous en faire part par e-mail.- Pour les médecins utilisateurs du logiciel et qui ne sont pas à jour de leur abonnement : se mettre à jour directement à partir de leur programme (menu déroulant "Fichier").

- Pour les médecins non utilisateurs du logiciel : acquérir le Sémiologiste

- Pour les malades : faire un don aux : Restaurants du cœur

Merci- Collaborer

Si des hospitaliers, internistes, neurologues, gastro-entérologues, pneumologues, infectiologues, néphrologues, ... à la retraite, souhaitaient donner leurs avis liés à leur expérience sur certains problèmes diagnostiques difficiles posés, ils seraient les bienvenus : nous contacter

******************************************************************